Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Séguié christian

La formation dans le monde du bois va de plus en plus mal

12 Octobre 2021 , Rédigé par Séguié christian Publié dans #Présentation, #formation

Je suis passé de la formation à mon entreprise après 4 ans en LEP à Lagrange (nouvellement Alfred Sauvy Villelongues Del Monts 66) puis à Béziers (34).
4 ans en partant de rien : ce qui signifie que je n'ai pas fait de 4ème ou 3ème technologie, ni de connaissance professionnelle  avant.
4 ans, c'est déjà long mais pas assez pour apprendre le métier. Sauf que, comme m'ont dit mes professeurs, il faut travailler chez soi. J'ai donc fait des visites dans les musées, acheté et lu ( surtout ) des livres puis fait des visites en plus dans les ateliers de menuiserie durant mes temps libres.
Depuis que j'ai eu des jeunes stagiaires de LEP ou de la CMA pour adultes, le niveau ne fait que de péricliter.

La première erreur vient de nos politiques qui ont retiré une année de formation.

Mais d'autres questions posent problèmes : qui gèrent la formation ?

La question mérite d'être posée en voyant le niveau de plus en plus faible de l'enseignement proposé complètement décalé avec les besoins professionnels.

Sauf qu'il faut dire la phrase suivante " il (le stagiaire) n'a été formé, il n'est pas responsable "

La connaissance du bois disparaît. Reconnaître un pin d'un chêne doit être facile et pourtant non. Je ne parlerai pas des veines du bois, du sens, c'est la base d'un métier qui n'est pas apprise.

La base des connaissances, c'est la note qui élimine pour un entretien d'embauche

par exemple, mais aussi de passer pour un clown pour un client ou autres,

mais on peut avoir son diplôme sans cet incontournable.

Alors que, les classiques, sapin, pin, hêtre, châtaignier, chêne, noyer, acajou doivent être indispensables.
 

C'est une petite liste, j'ai acheté un livre qui en présente une centaine,

mais il y en a avec 400. 

Les machines aussi sont faibles, à la dégauchisseuse, à la toupie ou aux petits outillages électriques, le niveau est faible sauf bien entendu au ciseau à bois ou les performances restent intéressantes sauf que ces outils sont de moins en moins utilisés.

Sur les machines, pour être bon, il faut des années, c'est normal au début.

Si on parle métier du bois, on parle tenon et mortaise, traçage, calcul d'angle ... n'en jetez plus !

Des styles aussi, des rois aux régionaux, ce dossier reste aussi lourd (il faut le dire) qui est survolé au mieux sur une petite partie.

On parle formation, mais jamais, oh non jamais, je ne souhaiterais avoir dans mon équipe une personne au diplôme “ en bois ”. Il faudrait vraiment savoir qui a envie d'eux, formé comme aujourd'hui ou pire si demain on ne change rien.

On demande aux artisans d'être dans la moyenne gamme

ou plus encore le haut de gamme,

cela passe par des compétences très élevées.

Je me rappelle, à mon époque que des patrons disaient : " on ne va pas former nos futurs concurrents ! "

C'est une vérité très loin des gènes historiques des artisans  : " De la main à la main, la transmission ! "

En tout cas, la jeunesse n'est pas responsable, il faut juste apprendre ce qu'il faut et rien de mieux que de connaître l'alphabet pour écrire des mots.

La bibliothèque, mes ouvrages sur papier maintenant tout est possible à prendre sur la toile à qui sait chercher.

La bibliothèque, mes ouvrages sur papier maintenant tout est possible à prendre sur la toile à qui sait chercher.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
cette réflexion est intéressante
Répondre
S
Et pas facile tellement je suis écoeuré devant les connaissances des jeunes. Heureusement que je n'embauche pas !
S
Ta parole est celle d'un passionné, alors que ceux qui commencent n'ont qu'une idée en tête: gagner leur vie. Que le contenu des formations soit décalé par rapport aux besoins, ce n'est pas nouveau, et c'est probablement dû au fait que les décideurs et organisateurs n'ont jamais mis les pieds chez un artisan!
Répondre
S
Et pourtant, tous les profs viennent des entreprises ? Alors, le problème est peut-être ailleurs ?
C
C'est dommage pour ces jeunes qui veulent sûrement bien apprendre! C'est déjà un plus quand ils font un stage chez toi! Bises et belle journée.
Répondre
S
Oui, les cours sont formidables, il connait le noms des faces d'un ciseau à bois, d'un rouleau de la machine, des arbres mais avec la feuille, de la "préhistoire" des bois. Mais c'est si loin de l'indispensable.