Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Séguié christian

broderie et tissage de tapisseries

1 Novembre 2019 , Rédigé par Séguié christian Publié dans #Les outils d'autrefois, #Histoire, #broderie, #tapisserie

Dernièrement, une personne m'avait demandé des informations sur un outil ancien.

Comme il ne s'agissait pas d'un outil sur le bois, je n'avais pas fait de recherche.

Mais voici par la magie d'internet, qu'un document en anglais décrivant tout m'a été envoyé

Et une fois encore, merci internet et la traduction gratuite.

J'ai tout mis, les photos parlent d'un métier mais il pourrait bien aussi servir un autre.

Le livre électronique Project Gutenberg, broderie et tissage de tapisseries, de Grace Christie
LA SÉRIE ARTISTIQUE D'ARTISANAT
DE MANUELS TECHNIQUES
ÉDITÉ PAR WR LETHABY

BRODERIE ET ​​TAPISSERIE
TISSAGE
UN LIVRE DE TEXTES PRATIQUE DE
CONCEPTION ET TRAVAIL PAR
MADAME. ARCHIBALD H. CHRISTIE
AVEC DESSINS DE L'AUTEUR
ET AUTRES ILLUSTRATIONS

PUBLIÉ PAR JOHN HOGG
13 PATERNOSTER ROW
Londres 1912

PREFACE DE L'EDITEUR

La couture, qui est toujours pratiquée traditionnellement dans chaque maison, c'était autrefois un art magnifique, un art dans lequel les ouvriers anglais étaient particulièrement réputés, de sorte qu'au début du XIIIe siècle, les vêtements brodés en Angleterre étaient acceptés avec enthousiasme à Rome. le travail effectué ici était connu en Europe sous le nom de "travail anglais". Les broderies façon d'Angleterre occupent souvent la première place dans les inventaires étrangers.

À Durham sont conservés de beaux fragments de broderie travaillés au Xème siècle et de nombreux exemples, appartenant à la grande période des XIIIème et XIVème siècles, sont conservés au South Kensington Museum, particulièrement riche en spécimens de cet art. Afin de juger de ce qui était alors ses possibilités, il vaut la peine d'aller y voir trois chapes remarquables, le chape bleu, le chape de Sion et le chapiteau Jesse-tree de couleur rose, les deux derniers sont certainement anglais. La Sion Cope porte le reste d’une inscription malheureusement abîmée et blessée, de sorte que tout ce que j’ai pu lire est la suivante: DAVN PERS: DE: V ... ; probablement le nom du donneur. Au XIIIe siècle, l’art de la broderie était pratiqué à la fois par les hommes et par les femmes. Ce grand mécène, Henry III, était principalement employé pour ses broderies, a déclaré M. Hudson Turner, "une certaine Mabel de Bury St. Edmund, dont le talent en tant que brodeuse semble avoir été remarquable, et de nombreux témoignages intéressants de ses curieuses performances. pourrait être collecté. " Et j'ai trouvé un disque d'une chasuble brodée faite pour le roi par "Mabilia" de St Edmund en 1242. La plus belle pièce de broderie réalisée pour ce roi devait être le devant d'autel de l'abbaye de Westminster, achevée vers 1269. C'était de la soie, garnie de perles, de bijoux et d'émaux translucides. Quatre brodeuses ont travaillé dessus pendant trois ans et trois mois et cela semble avoir coûté une somme égale à environ 3 000 £ de notre argent. "Les London Broderers" n'ont pas reçu de charte formelle d'incorporation avant 1561, mais ils devaient avoir été un artisan correctement organisé des siècles auparavant. Henri IV a rapporté au Parlement que diverses personnes de "l'artisanat de la Brauderie" avaient fabriqué un matériau impropre à la fabrication de matériaux de qualité inférieure, évitant ainsi la perquisition des "gardiens de la Brauderie" dans ladite ville de Londres. À Paris, en 1295, il y avait quatre-vingt-treize brodeuses et brodeuses inscrites au commerce. La durée de l'apprentissage du métier était de huit ans et aucun employeur ne pouvait engager plus d'un apprenti à la fois. Au XVIe siècle, la guilde était à son comble et les broderies étaient si demandées que le Jardin des Plantes de Paris fut créé pour fournir des sujets de fleurs pour la création de broderies. Il a été fondé par le jardinier Jean Robin et par Pierre Vallet, "brodeur" d'Henri IV. Au XVIIIe siècle, l'entreprise comptait 250 anciens maîtres. Je crois que le présent volume constitue pour ce métier une introduction et un manuel admirables, non seulement du point de vue du travail, mais aussi sur ce sujet difficile, le "design" - difficile, c’est-à-dire du fait qu’il a été tant discuté dans les livres, pourtant tout à fait simple quand abordé, comme ici, comme une partie nécessaire de l'exécution. Il est heureux que nous n’ayons pas encore appris à déranger nos cuisiniers pour savoir quelle partie de leur travail est conçue et n’est que mécanique. Bien sûr, les aspects les plus élevés du design, ainsi que de la finition, ne viennent qu'après une longue pratique et pour les plus doués, mais néanmoins, chaque créature humaine doit en quelque sorte être un design, en causant un tort immense de ce que Morris appelait "un simulacre technique" entre le travailleur et quelle devrait être l'inspiration spontanée de son travail. Ce que cette combinaison a produit jadis peut peut-être être mieux compris en lisant dans de vieux inventaires d’églises le nombre infini de superbes vêtements brodés qui ornaient autrefois nos églises. Dans un quartier de l'abbaye de Westminster, je trouve mentionné des motifs tels que des roses et des oiseaux, des fleurs de luce et des lybardes, des anges sur des branches d'or, des roses et des navires, des aigles et des anges d'or, des châteaux et des lions, des harts, cygnes, chiens et antilopes.

WR LETHABY.

Septembre 1906.

 

PRÉFACE DE L'AUTEUR

Les pages suivantes traitent des aspects pratiques de la broderie et du tissage de tapisseries, leur développement historique n'étant qu'incidemment abordé.

Les dessins illustrant le dessin et l’application pratique des points de suture ont été pris presque sans exception de broderies ou de tapisseries; les exceptions, où il a été impossible de consulter des originaux, proviennent de représentations photographiques obtenues de différentes sources, parmi lesquelles il convient de citer le fonds de M. Louis de Farcy.

Je dois remercier Mlle May Morris et Mme WR Lethaby de leur permission de reproduire des morceaux de leur travail, et Mlle Killick, le colonel JE Butler-Bowdon, le vicomte Falkland et le révérend FJ Brown de Steeple Aston de la permission de reproduire le travail en leur possession. Je tiens également à remercier les autorités du Victoria and Albert Museum pour leur aide de diverses manières, ainsi que MJH Taylor, MA Oxf. et Cam., pour sa gentillesse à la lecture des épreuves.

GRACE CHRISTIE.

Ewell,
Septembre 1906.

OUTILS, APPAREILS ET MATÉRIAUX

Aiguilles — ciseaux — dés à coudre — cadres — support et cadre combinés — cadre tambour — appareils pour cordons — éléments indispensables pour transférer des motifs — piqueur — couteau— broche — perceur — supports appropriés pour la broderie sur - fils de tous genres - pierres, perles et autres .

Une bonne finition occupe une place importante, mais pas la première. L'excellence technique en travaux d'aiguille, comme dans tous les autres métiers d'art, est une question de persévérance et d'habileté de la travailleuse dans l'utilisation des outils. En broderie, ils sont peu nombreux et simples. Ils se présentent comme suit: -

Aiguilles —Pour la plupart des utilisations, des aiguilles connues sous le nom de piquants aux yeux longs sont utilisées. Les aiguilles à tapisserie, similaires à celles-ci, mais avec des pointes émoussées, sont utiles pour le travail de la toile et des filets maudits. Pour le travail de l’or, une aiguille spéciale peut être obtenue avec une pointe effilée et un œil long et large. Une aiguille courbée fait un point tordu; mais les aiguilles, si elles sont en acier de qualité, ne doivent pas plier; ils cassent s'ils sont utilisés injustement. L'œil doit être coupé proprement, sinon le filetage devient rugueux. L’aiguille doit être suffisamment solide pour permettre au fil de passer facilement à travers le tissu.

Les ciseaux. Trois paires peuvent être nécessaires; pour le travail ordinaire, une petite paire avec des pointes fines et fines, pour le travail de l'or, des petites pointes similaires aux ciseaux à ongles, et pour la découpe, une grande paire avec une pointe arrondie et une pointue.

Dés à coudre. - On dit que les aciers sont les plus utilisables, les plus communs sont l'argent; mais quel que soit le matériau, ils doivent être soigneusement fabriqués afin de ne pas porter le fil.

Fig 1

Cadres. —Un type de cadre courant est illustré à la fig. 1 Il est fabriqué en différentes tailles. celui ici représenté mesure 18 pouces de diamètre. Il se compose de quatre pièces de bois, de deux rouleaux pour le dessus et la base et de deux pièces latérales. Un morceau de sangle est solidement cloué sur chacun des rouleaux et ses extrémités sont percées de trous pour recevoir les pièces latérales. Celles-ci sont formées de deux longues vis en bois, munies d’écrous mobiles, qui ajustent la largeur du cadre et la tension du travail tendu. Le morceau de matériau qui est tendu entre est le lien qui maintient le cadre ensemble, car les extrémités des vis s’ajustent légèrement dans les trous des rouleaux. Les pièces latérales sont parfois constituées de lattes de bois plates percées de trous à intervalles réguliers; dans ceux-ci sont insérés des goupilles métalliques au moyen desquelles le travail est maintenu étiré. La figure 9 représente un cadre de ce type. Si le cadre est très grand, une barre de renforcement peut être fixée au centre d'un rouleau à l'autre.

fig 9

Le cadre est plus pratique pour le travail lorsqu'il est fixé sur un support, bien qu'il puisse être utilisé appuyé contre une table ou à l'arrière d'une chaise. Un très grand cadre reposerait sur des tréteaux, mais, pour les besoins ordinaires, un support, tel que celui illustré à la fig. 2 , est pratique. Il se compose de deux poteaux de bois verticaux, d’un peu plus de 2 pieds de hauteur, qui sont reliés près de la base par une traverse de renforcement. Celui-ci et les montants sont réglables. la partie centrale des poteaux est conçue pour coulisser de haut en bas et peut être fixée à toute hauteur convenable par l'insertion d'un long axe métallique; la largeur de la traverse est régulée de la même manière, en étant rendue ferme par une vis, à la largeur requise, permettant ainsi à des cadres de tailles variées d'être utilisés dans le même support. Le cadre est fixé à l’aide de brides métalliques et un pivot en bois est disposé de manière à permettre l’inclinaison convenable du travail étiré. Le stand et la structure doivent être de bonne facture et en bon bois, car ils doivent pouvoir supporter les efforts et être parfaitement fermes et fidèles une fois fixés pour le travail.

fig 2

Un petit cadre circulaire, tel qu’il est montré à la fig. 3 , est utile pour marquer le linge ou pour tout petit travail. Celui-ci, formé de deux arceaux étroitement emboîtés l'un dans l'autre, peut être acheté en bois, en ivoire ou en os, de différentes tailles, celui illustré étant d'environ 6 pouces de diamètre. Le matériau à travailler est tendu entre ces arceaux, à la manière du parchemin posé sur un tambour. Ces cadres à tambour, comme on les nomme, sont parfois fixés sur un petit support ou munis d’une pince en bois pour la fixation à une table; cela libère les deux mains pour le travail. Ces tambours ne peuvent pas vraiment être recommandés; le matériau est susceptible de s'étirer de manière inégale et une pièce travaillée, si elle est aplatie entre les cerceaux, est susceptible d'être endommagée.

fig 3

L'illustration à la fig. La figure 4 montre un petit instrument simple pour fabriquer un cordon torsadé. Il est intéressant de noter qu'Etienne Binet, qui a écrit sur la broderie vers 1620, discutait de l'équipement nécessaire pour une brodeuse et mentionne " un rouet pour faire les cordons ".

Il est parfois difficile d’obtenir le cordon juste en fonction du travail fini; la texture peut être trop grossière pour être apposée sur une broderie fine, elle peut ne pas être un bon accord et, même si au début, elle peut disparaître tout à fait différemment des soies travaillées. Pour ces raisons, entre autres, il est prudent de se fabriquer soi-même un cordon, éventuellement avec du matériel déjà utilisé dans la broderie.

fig 4

Cet appareil permet au travailleur de fabriquer tout type de cordon torsadé; c'est aussi simple qu'un jouet à manipuler et donne d'excellents résultats. C'est un instrument en métal d'environ 8 pouces de hauteur. Les trois petits disques sont des roues, appuyés sur les bras d’une croix verticale à la base circulaire épaisse. Ces trois roues sont reliées par un cordon avec une roue plus grande en dessous à laquelle est attachée une poignée. Le cordon passe dans une gorge autour de la circonférence de chaque roue, et doit être maintenu tendu. En tournant la poignée de la grande roue, les trois petites roues sont mises en mouvement. Trois crochets, fixés aux essieux des petites roues, sont donc entraînés en rotation avec eux. Une extrémité de chaque couche du cordon est confectionnée en boucle sur l'un de ces crochets, les autres extrémités sont attachées à trois crochets similaires fixés dans un bloc de bois qui, lors de son utilisation, est fermement fixé à la table. Le chapitre XIII donne des informations complémentaires sur la fabrication des cordes.

fig 5

Les articles suivants peuvent être nécessaires pour tracer le motif sur le matériau: encre de Chine, une petite brosse en fine zibeline, un tube de peinture à l'huile, blanc ou rouge pâle, selon la couleur du matériau broyé, de la térébenthine, du fusain ou craie blanche pour pounce, papier calque, épingles à dessin et piqueur. Ce dernier outil est illustré à la fig. 5 Il mesure environ 5 pouces de long et ressemble à une aiguille dont l'extrémité émoussée est insérée dans un manche. Pour frotter sur la balle, il est nécessaire d’utiliser une matière adhésive douce roulée en boule. Un morceau de vieux tuyau en soie bien enroulé constitue un excellent tampon à cet effet.

Le couteau montré à la fig. 6 est utile pour couper à des moments où l'utilisation de ciseaux n'est pas pratique. Il est utilisé dans une position verticale, avec la pointe vers l'extérieur.

fig 6

 

Fig 7
fig 8

Une broche pour enrouler le fil d'or pendant le travail est illustrée à la fig. 7 C'est environ 8 pouces de long. Un rembourrage doux de fil de coton est d'abord placé autour (entre A et B, fig. 7 ), et le fil d'or est enroulé dessus. L’extrémité du fil passe à travers la pièce fourchue vers le haut avant d’être insérée dans le matériau. L'utilisation de cet appareil ou de tout autre appareil similaire permet au travailleur d'éviter de trop toucher les fils métalliques.

Un petit outil appelé perceur est représenté par la fig. 8 ; il est utilisé dans le travail de l'or; l'extrémité plate aide à placer l'or en position et à rendre la soie de soie assez plate; l'extrémité pointue est utilisée pour percer des trous dans le matériau afin de faire passer un fil grossier vers l'arrière, et à d'autres fins. Ce petit outil en acier mesure environ 5 pouces de longueur.

MATÉRIAUX

La surface fait l’objet d’un intérêt particulier pour les travaux de broderie. Cela rend le choix des matériaux d'une grande importance. Outre la question de l'apparence, celles-ci doivent être adaptées à l'objectif, durables et, si possible, agréables à travailler avec et sur. Les matériaux choisis devraient être les meilleurs du genre, car le temps et le travail sont trop précieux pour être dépensés dans des produits pauvres; de temps en temps, on voit un morceau de travail ancien avec le matériau de base en lambeaux et la broderie en bon état de conservation, ce qui est dommage, car un nouveau type de sol appliqué n’est jamais aussi satisfaisant que celui d’origine. Un autre argument en faveur de l’utilisation de bons matériaux est l’effet moral qu’ils peuvent avoir sur la travailleuse, l’incitant à faire de son mieux pour les utiliser.

Le but dans lequel le travail doit être mis décide généralement du matériau de base, en plus du modèle de base, des points de suture et de tout le reste. Un fond est choisi, en règle générale, pour montrer l’avantage et préserver ce qui doit être placé dessus, bien que ce soit parfois l’inverse, et le motif est conçu pour s’adapter à un terrain déjà existant.

Un arrière-plan doit prendre la bonne place, et ne pas être trop en évidence, bien que si de la bonne sorte, il peut être plein d'intérêt. En gros, il y a trois façons de traiter le sol, en laissant le matériau tel quel, en recouvrant une partie de la couture ou en travaillant entièrement dessus.

S'il n'y a pas de travail sur le terrain, le choix du matériau devient plus important. La texture, la couleur, le ton et éventuellement le motif doivent tous être pris en compte, bien que le problème soit souvent mieux résolu en choisissant un lin blanc uni. La question de la texture est parfois celle de son aptitude à coudre; la couleur et le ton peuvent être de toutes sortes et degrés du blanc au noir; En règle générale, ces deux-là sont particulièrement heureux. Si la matière au sol présente des motifs, comme dans le cas d’une soie damassée, elle doit être spécialement choisie en fonction du travail à faire figurer sur celle-ci; Les motifs de couches minces sont souvent très bons, car ils cassent la surface agréablement sans être trop évidents.

Le lin, qui répond bien à toutes les exigences habituelles, est donc très souvent choisi pour un sol. Il peut être acheté dans une grande variété, les draps faits à la main étant le meilleur de tous. Parmi les types de vêtements autres que l’ordinaire, il y a les draps sergés, dont l’un nommé Kirriemuir twill est similaire au matériau utilisé dans les vieux rideaux brodés. Certains tissus damassés sont très bien adaptés à la broderie; le motif est parfois une couche légèrement surélevée, qui forme une surface agréablement cassée. Vous pouvez obtenir des draps lâchement tissés spécialement adaptés au travail du fil tiré. Dans tous les cas, si le nouveau tissu est habillé, il doit être bien bouilli avant de commencer la broderie: cela le rendra beaucoup plus doux pour coudre. Les draps colorés sont rarement satisfaisants, un certain type de bleu étant presque la seule exception. Le plan le plus sûr est de garder le blanc pur ou les variétés non blanchies qui ont un ton légèrement gris ou chaud. Les laines, les soies et les fils de lin ont tous une belle apparence sur un sol en lin; il n’est généralement pas de bon goût de broder avec un fil médiocre sur un riche matériau de base; par contre, le fil d’or et le fil exigent de la soie ou du velours plutôt que du lin, bien que toute règle de ce genre puisse être enfreinte à l’occasion.

Le velours et le satin constituent d'excellents arrière-plans pour un travail riche; ils ne doivent pas être utilisés sauf s'ils sont de bonne qualité. La pile du meilleur velours est plus courte que celle des types les plus pauvres et est donc plus facile à manipuler, ce qui constitue une raison supplémentaire pour utiliser les meilleurs. C'est en tout cas un matériau difficile, à tel point que les travaux sont souvent effectués sur du lin puis appliqués sur un sol en velours. Les velours modernes, même les meilleurs, ont une qualité et une couleur incomparables avec les anciens.

La soie de différentes sortes est largement utilisée car elle convient parfaitement à de nombreux types de broderie. Les soies tissées et damassées sont très utilisées; dans le dernier type nommé, les motifs doivent être choisis avec soin pour correspondre au but particulier. Une soie côtelée épaisse est rarement satisfaisante pour la broderie.

Pour le travail avec du fil de soie, un fil sans torsion prend la première place, mais il nécessite une certaine habileté dans la manipulation. Filofloss est un peu similaire, mais il présente une légère torsion, facilitant le travail tout en produisant un résultat moins satisfaisant. Filosel est utile pour certains types de travail, mais la qualité de la soie est moins bonne. Les pochettes en soie et ce qu'on appelle la soie à broder sont toutes excellentes; ce sont des variétés étroitement tordues de bonne qualité. Il y en a plusieurs autres en usage; Une visite à un bon dépôt de broderie sera probablement le meilleur moyen de se renseigner sur ceux-ci et sur les matériaux en général.

Les laines peuvent être obtenues en différentes épaisseurs et torsions, chacune bonne à leur manière. Certains travailleurs préfèrent une laine légèrement tordue; Cependant, on trouve des exemples de travail de la laine ancienne dans lesquels une variété finement torsadée est utilisée avec l'effet le plus satisfaisant.

Les fils de lin peuvent être obtenus dans de très bonnes couleurs, et sont fortement recommandés. Il existe différents types de coton, de couleur ou de blanc, qui conviennent au marquage et à d’autres travaux de broderie dans lesquels un fil torsadé uniforme est souhaitable.

Les perles et les pierres précieuses prennent leur place dans les riches broderies, mais aussi dans diverses pierres moins chères mais joliment utilisées.

Les perles sont un matériau fascinant à utiliser; vous pouvez faire toutes sortes de jolies choses: coudre sur un sol, tricoter ou crocheter, ou utiliser un petit métier à perler. Une bonne partie du travail des perles achetées toutes faites, qui n’exige qu’un sol monotone à combler autour d’un motif déjà travaillé, n’en suggère pas moins les possibilités. Les perles de la pâte et du verre peuvent être obtenues dans une variété beaucoup plus grande qu'on ne le sait habituellement, des plus petites tailles aux grandes variétés de toutes sortes de formes et de motifs, les couleurs de la plupart d'entre elles étant particulièrement bonnes. Les perles ornementales plus grandes sont utiles à bien des égards, prenant parfois la place de glands ou de franges.

De nombreuses sortes de matières les plus curieuses sont parfois mises au service de la broderie, mais les plus citées sont les plus courantes.

 

CHAPITRE III

MOTIF DE CONCEPTION

Les difficultés de la création de patrons - Un stock dans le commerce - Quelques principes sur lesquels les patrons sont construits - Espacement - Nature et convention - Ombrage - Travail des figures - Limitations - Couleur.

Une débutante a parfois du mal à préparer ses propres modèles. Un concepteur a besoin d’une vaste connaissance de nombreux sujets, ce qui nécessite beaucoup de temps pour étudier; Une aptitude en dessin est également nécessaire pour permettre à la travailleuse d'exprimer ses idées sur papier. Pour un travail simple et beau, cependant, une légère connaissance du dessin et du dessin suffit, et toute personne capable de maîtriser les points de suture requis peut également acquérir des connaissances de ces deux sujets.

Le mot design effraie ceux qui ne savent pas très bien ce que cela signifie ou implique. Peut-être ne se rendent-ils pas compte que le dessin a déjà été commencé lorsque l’objet à travailler est réglé et que le matériau, le fil et les points de suture ont été choisis, le reste se présente de la même manière, en partie un système de choix; comme il est nécessaire de savoir quels sont les matériaux qui peuvent être utilisés, il faut connaître les principales variétés de motifs à partir desquels un choix peut être fait. Tous les modèles sont construits sur un plan fondamental, dont le nombre est comparativement petit. La capacité de choisir, de planifier et d’organiser est plus ou moins inhérente à chacun; il ne devrait donc y avoir, après tout, aucune difficulté majeure dans la conception. Les qualités sous-jacentes nécessaires sont un goût agréable, l'absence d'affectation, un œil pour la couleur et la forme et, ajoutons-le, une part équitable du sens commun.

Un modéliste a besoin de stocks dans le commerce et il est sage de rassembler un stock de matériel de conception bien classé et dont la valeur est déterminée, prêt à être utilisé si nécessaire. Une bonne connaissance des plantes et des fleurs est très nécessaire. Ceci est mieux acquis en faisant des dessins soigneux de la nature. Lors du choix des fleurs à des fins de broderie, les plus connues, comme la marguerite, la rose ou l'œillet, procurent plus de plaisir à l'observateur que de rares variétés méconnaissables. Les figures, les oiseaux, les bêtes, et les choses comme les inscriptions, les monogrammes, les armoiries et les emblèmes, exigent tous une étude et un dessin, à la fois à partir de divers exemples et de broderies.

Fig 10

Le travail de tous ceux-ci devrait être étudié dans le travail ancien, afin que les conventions curieuses et toutes sortes d'idées amusantes et intéressantes qui ont grandi dans le passé puissent encore être utilisées et ajoutées, au lieu d'être rejetées dans une entreprise sauvage après quelque chose d'original. L'étudiante qui collecte les documents susmentionnés trouvera qu'elle a considérablement élargi ses connaissances au cours du processus et qu'elle est mieux préparée à concevoir des dessins.

En faisant un motif, la première chose à décider est une idée principale, le détail qui doit le réaliser doit alors être pris en compte. Ces derniers peuvent être de différents types, tels que fleurs, feuillages, personnages, animaux, formes géométriques, entrelacs, liserés, etc., etc.; plusieurs de ces motifs peuvent peut-être être combinés ensemble dans le même dessin.

L'un des plans les plus simples sur lesquels un motif peut être agencé est celui d'une forme quelconque se reproduisant à intervalles réguliers sur la surface. Le principe impliqué est la répétition; un exemple en est montré à la fig. 10 La forme utilisée ici est un brin de fleur, mais l'élément répétitif admet une variation infinie. Cela peut aller d'un point à un ange.

 

Fig 11

Les chapes et les chasubles, les couvre-lits et les rideaux sont souvent décorés de formes répétitives. La Fig. 11 montre, dans ses grandes lignes, un brin conventionnel répété de cette manière sur la surface d'une chape célèbre de la cathédrale d'Ely. La figure 12 est un exemple de brin de fleur tiré d'un rideau brodé du XVIIe siècle; des grappes semblables, mais composées de fleurs différentes, se répètent à intervalles réguliers au cours de cette pendaison.

Il peut être intéressant pour le praticien de savoir quels sont les différents points de suture utilisés sur cette figure. Les pétales de la fleur supérieure sont en point de chaînette en coloration dégradée, le centre est un croisement de chaîne ouvert entouré d'étamines en point de tige de couleur variée, les feuilles les plus à l'extérieur sont délimitées en point de tige avec un remplissage ouvert en points peu croisés. Les pétales de la fleur inférieure sont travaillés de la même manière et le centre est réalisé en point de chaînette et en nœuds français. Les feuilles sont remplies de variations ingénieuses de ces points de suture.

Fig 12

L'élément récurrent est peut-être une figure symbolique, un bouclier héraldique ou une forme géométrique qui fournit le motif. La figure 13 est une branche classique d'aubépine qui orne de cette manière un autel frontal à Zanthen. Il n'est en aucun cas nécessaire que l'élément qui se répète soit toujours identique; tant que sa taille, sa forme et son caractère général seront similaires, ce sera probablement le plus intéressant si la variété est introduite.

Fig 13

Le principe de répétition se retrouve à la fig. 14 , mais avec une fonctionnalité supplémentaire; un brin de fleur est utilisé, avec en outre l'introduction de lignes diagonales, exprimées par des gerbes de feuilles, qui sont disposées de manière à entourer chaque fleur et à la séparer des fleurs adjacentes.

Fig 14

Il est conseillé d’espacer la surface requise d’une manière ou d’une autre avant de commencer à dessiner un motif; pour effectuer fig. 14 il serait bon d’étirer la surface au crayon comme sur la fig. 15 ; une connexion entre ces deux sera perçu d'un coup d'oeil. Cet écartement de la surface requise d'une manière ou d'une autre est d'une grande aide et peut même s'avérer suggestif dans la planification de la conception. Cela aide la régularité du travail et l'ordre est essentiel dans la conception comme dans la plupart des choses de la vie.

Fig 15
Fig 16

Un autre moyen très courant est d’introduire une forme centrale principale, les autres se ramifiant de part et d’autre et se balançant symétriquement. Un exemple en est donné à la fig. 16 La symétrie peut être beaucoup plus libre que cela; un arbre est symétrique pris dans son ensemble, mais les deux côtés ne se répètent pas exactement.

Un plan très couramment utilisé est celui des lignes principales rayonnant toutes divergentes d'un point central. La figure 17 montre une conception suivant ce principe; il y a une variété infinie de façons de procéder.

Fig 17
Fig 18
Fig 19

Une autre méthode consisterait à planifier une ligne continue avec des formulaires se ramifiant d’un côté ou des deux. Figues. Les figures 18 et 19 sont des motifs de bordure; c'est pourquoi cette disposition est souvent utilisée, bien qu'elle puisse aussi bien former un motif intégral. parfois, ces lignes utilisées sur une surface sont faites pour se croiser , en tartan, en parcourant deux directions, produisant un dessin apparemment compliqué par des moyens très simples.

Fig 20

Les conceptions peuvent être planifiées sur le principe du contre-échange. Il s’agit d’un système de conception en masse qui implique le problème de la création d’un motif d’une forme, qui se répète continuellement et s’intègre de manière à ne laisser aucun interstice. L'exemple le plus simple se trouve sur l'échiquier et on s'aperçoit facilement qu'un grand nombre de formes pourraient être utilisées à la place du carré. La figure 20 est un exemple d'une conception de contre-échange réalisée dans une incrustation; pour cette méthode de travail, le contre-échange est très approprié. En vous référant au chapitre consacré à ce travail trouverez un autre exemple. La figure 21 illustre le même principe, encore compliqué par la répétition de la forme dans trois directions au lieu de deux seulement.

Fig 21

Une méthode pour enrichir davantage un motif simple, couvrant une surface unie, consiste à travailler un motif subsidiaire sur le fond. Cela a généralement un caractère monotone et formel afin de ne pas entrer en conflit avec la décoration primaire, bien que cette relation puisse parfois être trouvée inversée. Il a l’apparence d’une décoration appartenant au sol plutôt qu’au motif principal ; dans sa forme la plus simple, il apparaît comme un simple point répétitif ou un réseau (voir fig. 22 ), mais il peut être élaboré de manière à recouvrir d’un dessin complexe toutes les parties du sol exposé non décorées du motif principal.

Fig 22

De nombreux autres types de travaux distincts pourraient être mentionnés, tels que les dessins de broderies à l'aiguille, les broderies de contes qui peuvent être rendues si attrayantes. Les paysages brodés, les jardins à la française, les bois mystérieux, les vues sur les villes et les palais sont très bien traités. Pour apprendre à travailler sur de tels sujets, nous devons nous référer aux images au petit point des XVIe et XVIIe siècles, ainsi qu’au détail dans de belles tapisseries. La mauvaise méthode pour aller au travail est d'imiter l'effet recherché par le peintre.

C'est une erreur dans la conception de la broderie d'être trop naturaliste. En peinture, l’objectif ultime est peut-être d’imiter exactement la nature, mais nous cherchons ici des fleurs, des animaux et des figures à broder, qui possèdent le caractère et la ressemblance des objets représentés, mais n’essayons en aucun cas de nous faire croire qu’ils sont réels. L’apparence d’un bourdon rampant sur la nappe de thé donne une sensation peu agréable et beaucoup de saveurs de la plaisanterie pratique, qui est rarement de bon goût; l'aiguille, cependant, ajoute de la convention à presque tout, et gèrera généralement bien l'abeille à moins que le travailleur ne s'éloigne pour ajouter une ombre et une lumière intense. Des éléments tels que la perspective, la lumière et les ombres ou le modelage de la forme doivent tous être très simplifiés, sinon évités, car la broderie est conforme aux exigences de la décoration et ne doit pas fausser la surface qu’elle orne. L'ombrage est utilisé afin de donner plus de variété et de montrer la beauté de la couleur au moyen de gradations, d'expliquer plus clairement le dessin, etc. il n'est pas utilisé pour fixer l'éclairage de la composition d'un point à l'aide d'ombrages et de lumières systématiquement ajustés, ni pour faire ressortir une forme de manière tellement réaliste qu'elle se projette presque de l'arrière-plan.

En évitant trop de ressemblance avec des formes naturelles, il n'est pas nécessaire de rendre les choses laides; une fleur conventionnelle n'implique aucune rectitude sans signification ni courbe impossible, elle peut conserver toutes ses caractéristiques intéressantes, mais elle doit obéir à d'autres exigences spécialement nécessaires dans chaque motif. Un autre point à noter est que, comme il existe une liberté de choix pour les fleurs et autres objets, seuls ceux qui sont parfaits et bien formés devraient être choisis; tous les accidents de croissance et de maladie peuvent, heureusement, être omis; Si quelque chose de ce genre est mis dedans, cela aide à donner le look naturaliste à éviter. Les deux côtés d'une feuille doivent correspondre, bien que cela puisse arriver dans la nature, par malchance, que celle-ci soit déformée et petite.

Dans le travail des figures, qui est ambitieux, mais l’une des broderies les plus intéressantes, les figures, comme toutes les autres choses, doivent être traitées avec une certaine simplicité; très peu d'efforts doivent être faits pour obtenir des tons chair, une forme arrondie, une perspective ou un raccourci. Le travail doit être juste assez proche de la nature pour en donner un bon rendu par la broderie. Cependant, sans dépasser les limites, beaucoup de choses peuvent être exprimées, telles que le caractère, les gestes, la grâce, la couleur, etc., questions qui revêtent une importance primordiale. Les détails, s'ils sont du genre, peuvent être complétés, mais il est faux d'essayer d'obtenir ce qu'il est très difficile d'obtenir pour le bateau, car ce serait une énergie mal dirigée, ce qui est un énorme gaspillage. Les images de broderie du XIIIe siècle, qui recouvrent les vêtements de l'église médiévale, montrent souvent des épisodes de la vie des saints sont un bon usage de la figure. Ce sont quelques-uns des chefs-d’œuvre de l’art de la broderie; l'observation de la nature est portée à un point merveilleux, mais l'exécution ne sombre jamais dans le réalisme banal.

Fig 23

Certaines restrictions sont toujours présentes dans la conception d'un projet, qu'il convient de respecter, telles que la limite d'espace, les matériaux avec lesquels le travail doit être effectué, l'utilisation à laquelle il sera destiné, etc. Ceux-ci, au lieu d'être des difficultés, peuvent aider à suggérer et limiter. Une mauvaise conception peut sembler comme si elle leur obéissait à contre coeur - une forme est peut-être à l'étroit, peut-être étirée pour s'adapter à sa place, au lieu de regarder comme si elle lui allait naturellement si les lignes de confinement étaient là ou non. Dans les plantes herbacées primitives, illustrées de gravures sur bois, on peut trouver maintes et maintes fois l'exemple d'une fleur occupant simplement et bien un espace requis; figure. 23 est tiré de l'herbe de Carolus Clusius, imprimée à Anvers en 1601 par la grande maison de Plantin. Le dessinateur dans cette affaire a dû dessiner une usine pour un bloc de graveur de taille standard et il avait un certain nombre de faits à raconter; il a dessiné l'usine de la manière la plus simple et la plus claire possible, en exploitant au mieux tout l'espace disponible. Le résultat est un travail bien planifié et équilibré, sans aucune affectation ni ligne inutile.

La couleur fine est une qualité appréciée à première vue, bien que souvent inconsciemment. C’est un sujet difficile à aborder très clairement; un œil pour la couleur est naturel pour certains, mais dans tous les cas, la faculté peut être cultivée et développée. En étudiant le sujet, nous pouvons aller à la nature et apprendre autant que nous sommes capables d’apprécier; même des choses comme les papillons, les coquillages et les œufs d'oiseaux sont suggestives. Là encore, les broderies, manuscrits enluminés, tableaux, décors peints peuvent être étudiés, etc. En fait, la couleur est tellement universelle qu'il est impossible de s'en éloigner. Malheureusement, nous sommes parfois obligés d'apprendre ce qu'il faut éviter et ce qu'il faut imiter.

Fig 24

La couleur est tout à fait relative, c'est-à-dire qu'elle dépend de ses arrondis immédiats pour ce qu'elle semble être. Il aussi a des effets variant avec le matériel qu'il teint; la laine est de nature absorbante, alors que la soie a un pouvoir de réflexion. C'est un plan sûr d'utiliser des couleurs vraies, du vrai bleu, du rouge ou du vert, et non de l'ardoise, de la terre cuite et de l'olive. L'or, l'argent, le blanc et le noir sont des ajouts précieux à la palette de couleurs. Il faut se rappeler que, dans le premier cas, les objets précieux doivent être utilisés avec économie ou ils deviennent peu coûteux et peut-être vulgaires.

CHAPITRE IV

DES POINTS DE SUTURE

Introduction — Point de chaînette — Chaîne de zigzag — Chaîne à carreaux — Chaîne torsadée — Chaîne ouverte — Point de tresse — Chaîne de câble — Chaîne nouée — Point de division.

Il est nécessaire que chaque ouvrier ait une certaine connaissance des points de suture, car il est pour ainsi dire le langage de l'art, et même s'il n'a pas une importance primordiale, il existe néanmoins beaucoup de points de couture. La couturière devrait être la maîtresse absolue de son aiguille, car il y a un grand charme dans les coutures magnifiquement réalisées; de plus, un bon design peut être rendu mécanique et sans intérêt par une mauvaise méthode d'exécution. Les points les plus simples et les plus courants sont les meilleurs et sont tout ce qui est nécessaire pour faire du bon travail. Le travail effectué entièrement en un point a une certaine unité et un caractère très agréable. Il existe un grand nombre de points de suture, c'est-à-dire si un nom différent est attribué à chaque légère variation. Les noms sont parfois trompeurs, car souvent le même point est connu de plusieurs personnes différentes; des noms descriptifs ont été choisis, dans la mesure du possible, pour ceux présentés dans les pages suivantes.

Un ouvrier peut trouver utile de garder par elle un échantillonneur avec les points de suture les plus caractéristiques placés dessus; un coup d'œil à cela sera suggestif quand elle aura des doutes quant à son utilisation, car il est souvent difficile de se rappeler celui qui convient le mieux et qui convient le mieux à l'instant. Il est nécessaire de n’apprendre que les variétés principales, car chaque travailleur peut adapter, combiner et inventer des variations en fonction d’un objectif particulier.

La direction du point est importante. le ton, sinon la couleur, peut être très altéré par un changement de direction; il peut aussi suggérer une croissance et une forme; par exemple, les lignes traversant une tige ne sont généralement pas aussi satisfaisantes que celles qui la longent; ceux-ci suggérant une croissance meilleure. Les plis de la draperie s'expliquent souvent autant par la direction des lignes de couture que par la gradation de la couleur.

En vous référant aux points décrits dans les chapitres suivants, il est conseillé au travailleur d'essayer de les manipuler en examinant simplement les diagrammes et, en cas de difficulté, de se reporter à la description imprimée, ces instructions étant susceptibles d'être fastidieuses. Le moyen le plus simple de les maîtriser est de les laisser les lire pas à pas et de travailler à partir de la dictée. Il convient de rappeler que l’utilisation d’un fil particulier permet souvent de réaliser ou de défaire un point, certaines nécessitant des soies douces pour leur mise en valeur, tandis que d’autres peuvent nécessiter un fil très tordu.

Fig 25

Le point de chaînette est universel et l’un des plus anciens points de suture. C'est le groupe le plus utilisé d'un groupe que l'on pourrait qualifier de points de suture liés. Un très beau travail y a été entièrement réalisé et, quand une ligne uniforme et monotone est requise, c'est un point qui convient le mieux. Il est également demandé pour le contour et le remplissage, et son adaptabilité en chaîne le rend particulièrement utile pour suivre des formes courbes ou des lignes en spirale. Le résultat est quasiment identique, mais c’est réalisé dans un cadre avec un crochet fin au lieu d’une aiguille. Cela le rend plus rapide dans l'exécution, mais plus mécanique dans l'apparence, de sorte qu'il ne soit pas aussi recommandé.

Pour travailler le point de chaînette ( fig. 25 ), faites passer l'aiguille en haut de la ligne tracée, maintenez le fil de travail vers le bas avec le pouce vers la gauche, insérez l'aiguille à l'endroit où le fil vient de passer et placez-le sur le trait tracé environ un seizième de pouce plus loin, passez le fil à travers le fil maintenu. Il devrait montrer une ligne soignée de couture arrière sur le verso. La chaîne peut être élargie en insérant l'aiguille un peu à droite, au lieu de l'endroit exact où le dernier fil est passé. Lors du travail, veillez à ne pas tirer le fil trop serré, ce point étant enclin à froncer le tissu, en particulier lorsqu'il est travaillé en lignes courbes.

Fig 26

Une fleur et une feuille travaillées avec un remplissage solide de point de chaînette sont illustrées à la fig. 26 Le contour sombre de la fleur est en maille arrière, le centre en une masse de nœuds français et la tige en maille de tige. En travaillant les pétales en lignes courbes, la forme est bien suggérée et les jeux de lumière sur les courbes sont particulièrement agréables, en particulier si le fil utilisé est en soie ou en or. Une autre légère variation consisterait à tracer les lignes de point de chaînette dans différentes nuances de couleur, afin que chaque pétale devienne progressivement plus clair ou plus foncé vers la base; cela donne un très bel effet. La figure 27 montre une feuille de chêne réalisée de cette manière. Les lignes sur celle-ci indiquent la manière dont les points de suture seraient travaillés. La règle dans les remplissages pleins est de travailler de l'extérieur vers l'intérieur si possible et de s'assurer ainsi d'un bon contour. 

Fig 27

Au Victoria and Albert Museum, il y a une robe en lin blanc  délicatement brodé en point de chaînette. C'est un excellent exemple d'un type de design adapté à ce point; les feuilles et les fleurs sont réalisées en lignes de point de chaînette suivant le contour, et dans ces lignes, on utilise une couleur très contrastante pour à la fois mieux mettre en valeur la forme et aussi la décorer. La feuille dans la fig. 28 a un style quelque peu similaire à celui-ci et est destiné à être réalisé en deux couleurs distinctes.

Les points de chaînette peuvent être travaillés séparément; ils sont utilisés de cette manière en poudre sur un fond. Parfois, ils peuvent être vus de manière conventionnelle suggérant les petites plumes sur l'épaule de l'aile d'un oiseau en étant parsemé à intervalles réguliers. La figure 29 montre comment ils peuvent être utilisés pour réaliser une petite fleur, cinq points de suture distincts représentent les pétales et deux autres feuilles à la base; C’est une méthode plus simple et plus satisfaisante que de tenter des formes très minutieuses avec des points satin.

Fig 29

La chaîne commune crée un point de bordure particulièrement soigné, pris en zigzag. Pour travailler cela ( fig. 30 ) - Tracez deux lignes parallèles sur le matériau et passez la chaîne d'un côté à l'autre selon un angle de 45 ° par rapport aux lignes tracées. Pour plus de sécurité, il est bon d’attacher la fin du point qui vient d’être terminé avec l’aiguille au début de la suivante. La ligne peut être encore décorée en plaçant un noeud français, peut-être de couleur contrastante, dans chaque petit espace triangulaire laissé par le travail du point.

Fig 30

Il existe une méthode ingénieuse de travail de point de chaînette ordinaire en chèques de deux couleurs ( fig. 31 ). C'est assez simple de travailler. Enfilez une aiguille avec deux fils de couleurs différentes, commencez le point de chaînette de la manière habituelle jusqu'à ce que le fil soit placé sous la pointe de l'aiguille pour former la boucle. Ne placez qu’un des deux fils en dessous, en laissant l’autre d’un côté de l’autre, puis tirez l’aiguille et enfilez-le sur celui qui est maintenu. Un point de chaînette aura été formé avec le fil bouclé sous l’aiguille. Pour le point suivant, le fil alternatif est placé sous, et ainsi de suite, en prenant chaque fil à tour de rôle. Le fil qui n'est pas utilisé à chaque fois nécessite généralement un petit ajustement pour le faire disparaître complètement de la surface.

Fig 31

La chaîne torsadée est travaillée de manière très similaire au point de chaînette ordinaire. Il n’a pas une apparence aussi bouclée, ce qui est parfois un avantage. Pour le travailler ( fig. 32 ), faites passer le fil en haut de la ligne, maintenez-le sous le pouce à gauche et insérez l'aiguille à gauche de la ligne tracée, légèrement en dessous du point où se trouve le fil. viens à travers. Sortez-le de nouveau sur la ligne tracée, environ un huitième de pouce plus bas, et passez-le sur le fil maintenu.

Fig 32

 

Fig 33

Un effet tout à fait différent peut être obtenu en rapprochant ce point , mais de la même manière. Il ressemblera alors à un point de satin légèrement surélevé d'un côté. Ceci est connu comme point de corde et est parfois très utile.

Point de chaînette ouvert fait une bonne ligne large; ça a l'air mieux quand on travaille avec un gros fil. Pour effectuer le point ( fig. 33 ) - Tracez deux lignes parallèles sur le tissu, à environ un huitième de pouce, et faites passer le fil dans la partie supérieure gauche du fil. Tenez le fil avec le pouce et insérez l'aiguille exactement à l'opposé de l'autre ligne, rapprochez-le d'un pouce de pouce et faites passer le fil par-dessus la partie maintenue, en laissant une boucle plutôt lâche sur le tissu. Puis réintroduisez l'aiguille sur la première ligne, à l'intérieur de la boucle lâche, et faites-la sortir d'un huitième de pouce en dessous. Répétez cela de chaque côté en alternance. La figure 34 est un dessin d'une pièce de lin blanc dans laquelle le point de chaînette ouvert est utilisé en combinaison avec d'autres points de suture. Cette figure, avec son centre de travail ouvert, se répète en diagonale sur un drap de lin blanc exposé au Victoria and Albert Museum.

Fig 34

Le point tressé ressemble plutôt à une tresse fantaisie posée sur le tissu. Il a l'air meilleur lorsqu'il est réalisé avec un fil fortement tordu. Pour le travailler ( fig. 35 ) - Tracez deux lignes parallèles sur le matériau à environ un huitième de pouce, et faites passer le fil à l'extrémité droite de la ligne inférieure. Jetez le fil à gauche et maintenez-le doucement sous le pouce. Placez l’aiguille pointée vers le travailleur sous le fil maintenu, puis tournez-la vers la gauche et sur le fil tenu jusqu’à ce qu’elle pointe dans la direction opposée. Le fil sera maintenant tordu dessus. Ensuite, insérez l'aiguille sur la ligne supérieure à un huitième de pouce du point de départ et amenez-la sur la ligne inférieure exactement au-dessous. Placez le pouce sur le point en cours de fabrication et faites passer le fil comme indiqué sur le schéma. Il peut être travaillé ouvertement ou plus étroitement si vous le souhaitez.

Fig 35

La chaîne de câble est nommée de manière descriptive, car, lorsqu'elle est travaillée avec un fil très tordu, elle a beaucoup l'aspect d'une chaîne posée sur la matière, un peu trop pour être peut-être un joli point de broderie. Pour le travailler ( fig. 36 ) —Amenez l'aiguille en haut de la ligne tracée, jetez le fil à gauche et maintenez-le avec le pouce près du point où il est passé à travers le tissu. Faites passer l'aiguille sous le fil maintenu de gauche à droite et passer jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une petite boucle. Insérez l'aiguille au centre de cette boucle, sur la ligne tracée à environ un seizième de pouce en dessous du point de départ. Sortez-le un quart de pouce en dessous et en dehors de la boucle. Prenez le fil dans la main droite et serrez la boucle qui vient d'être formée, puis faites passer le fil sous la pointe de l'aiguille vers la gauche (voir le diagramme). Placez le pouce gauche sur le point en train de faire et passez le fil à travers; cela complétera les deux premiers maillons de la chaîne; pour continuer, recommencez depuis le début.

Fig 36

La chaîne nouée est un joli point; pour bien paraître, il faut travailler avec un gros fil. Pour l'exécuter ( fig. 37 ) - Tracez deux lignes parallèles sur le matériau, à environ un huitième de pouce. Passez le fil à l'extrémité droite, au centre, entre les deux lignes, puis insérez l'aiguille sur la ligne supérieure un seizième de pouce plus loin et faites-la passer sur la ligne inférieure immédiatement en dessous. Tirez le fil à travers et il y aura une courte ligne oblique à gauche sur le matériau. Jetez le fil à gauche et maintenez-le sous le pouce , puis faites passer l'aiguille et passez dans la ligne oblique de haut en bas, en laissant le fil un peu mou. Replacez le fil sous le pouce, puis, de la même manière qu'auparavant, faites passer l'aiguille de haut en bas et passez-le dans cette boucle lâche. Cela fait les deux premiers maillons de la chaîne; le dernier ne sera pas correctement  en place jusqu'à ce que le point suivant soit pris. La ligne verticale en pointillé sur le diagramme montre le morceau de tissu repris par l’aiguille au début du point suivant.

Fig 37

Le point fendu est le plus utile à de nombreuses fins. Il est difficile de distinguer une chaîne fine une fois terminé, mais dans le travail, cela ressemble beaucoup plus à un point de tige. Il peut être effectué à la main ou dans un cadre. Ce point, fréquemment observé sur des travaux anciens, était très utilisé à la fois pour les tentures et les motifs; les lignes de la couture généralement, par leur direction, exprimant un moulage de forme ou des plis de draperie. Pour la travailler ( fig. 38 ), faites passer le fil à l'extrémité inférieure de la ligne tracée, puis insérez l'aiguille environ un huitième de pouce plus loin et amenez-la sur la ligne deux ou trois fils plus près du point de départ. -point; tout en l'amenant, traversez également le centre du fil de travail, qui sépare ainsi chaque point.

Fig 38

CHAPITRE V

POINTS— ( suite )

Point satin - Point long et court - Point tige - Point surjeté - Point arrière - Point de boutonnière - Boutonnière du tailleur - Bordures de boutonnières fantaisie - Fleur en point de boutonnière ouvert - Feuille en points de boutonnière rapprochés - Pétale en boutonnière unie.

POINTS SATINS ET SIMILAIRES
Fig 39

Le point satin est peut-être le plus couramment utilisé. C'est plus rapidement travaillé à la main, mais pour un travail compliqué l'aide d'un cadre est nécessaire. Le fil de soie Floss est considéré comme le plus avantageux des points de ce type, car il révèle particulièrement bien la brillance de la soie. Il est simple dans le travail et ne nécessite aucune autre description que celle indiquée dans le diagramme ( fig. 39 ). Les points de suture peuvent varier en longueur, ils ne doivent pas être ni trop longs ni trop coupés pour ne pas perdre en partie l'effet soyeux. Ces points de suture sont rapprochés et parallèles; la principale différence entre satin et plusieurs autres points étroitement alliés étant que ces autres peuvent rayonner ou changer de direction en fonction de l'espace à combler. Le point est généralement travaillé en lignes obliques; les tiges, les feuilles et les pétales seraient traités de cette manière; parfois il est travaillé régulièrement en tenant compte de la chaîne et de la trame du matériau; il serait traité de la sorte s'il était utilisé avec un point de croix ou un point coupé.

Fig 40

On verra qu’il y a autant de soie à l’avant que sur le devant de l’œuvre. Il existe un moyen de réaliser le point par lequel ce gaspillage de matière à l'arrière est évité; le fil est renvoyé vers l'avant proche de l'endroit où il est passé au lieu de se croiser et de remonter de l'autre côté. L'effet sur le côté droit, cependant, n'est pas si bon, donc cette méthode ne peut pas être recommandée.

L'une des difficultés techniques du point satiné est d'obtenir une ligne nette et ferme sur les bords de l'espace rempli. les Chinois et les Japonais y parviennent très bien, qui utilisent ce point satin comme une aubaine . Ils travaillent fréquemment chaque pétale d’une fleur compliquée séparément, laissant comme une division, entre chacun d’eux, une fine ligne de matière fermement et clairement dessinée.

Fig 41

Le point est très utilisé pour le travail en relief et se prête également bien à la gradation de couleur. La figure 40 est un exemple d'ombrage au point satin. Dans ce cas, chaque nouvelle rangée de points se situe entre ceux de la dernière rangée; c'est une méthode audacieuse mais très efficace pour exprimer la gradation. Une variation à ce sujet est illustrée à la fig. 42 ; les bandes de couleurs différentes sont ici nécessairement travaillées selon un motif en chevron, ce qui rend l'ombrage un peu plus progressif . Un exemple de la même chose peut être vu sur la fig. 44 dans la feuille sur laquelle l'écureuil est assis. Outre la gradation de couleur, la surface à recouvrir de point satiné doit souvent être divisée de manière à obtenir une longueur pratique pour les points satin.

Fig 42

Le point long et court est une très légère variation, le cas échéant, du point satin. Le nom décrit la méthode de travail, car elle est réalisée en alternant un point long et un point court, les points étant pris comme en points satin. Il est utile pour les remplissages rapprochés et les travaux ombrés, ainsi que comme contour solide pour tout type de remplissage ouvert. Le fonctionnement de la maille est visible à la fig. 41 , où la bande de couleur la plus claire sur la partie supérieure de la feuille est travaillée en points longs et courts. L’avantage de cette méthode de travail se voit immédiatement: il dessine un contour ferme sur un bord et un plan joliment brisé sur l’autre, prêt à recevoir une autre teinte. effectuer le reste de l'ombrage sur la feuille de la même manière que les points de suture peuvent être tous de la même longueur; cela assurera toujours une ligne brisée au bord, ce qui est une nécessité pour cette méthode de gradation. Vous voyez à la page 209 un point long et court servant de contour à une feuille dont le remplissage est ouvert. L' opus plumarium ou point de plume que nous lisons dans les descriptions des anciennes broderies était un point similaire à celui-ci et s'appelle, disent certains, parce qu'il ressemblait au plumage d'un oiseau.

Fig 43

Le point de tige, bien connu et fréquemment utilisé à diverses fins, comme pour les lignes, les contours, les remplissages gradués et plats, etc., est généralement effectué à la main et est assez simple; figure. 43 explique le travail. Si une ligne large est requise, l'aiguille est mise plus en oblique et un effet en relief peut être obtenu en travaillant sur un fil vergé. Le fil doit être maintenu du même côté de l'aiguille, soit à gauche, soit à droite, afin de mieux convenir à l'objectif recherché; l'effet est plus linéaire si on le maintient à droite. De temps en temps, quand une double ligne doit être travaillée, elle est délibérément faite des deux manières, puis alors la ligne ressemble à une tresse étroite. Un remplissage plein en point de tige doit être travaillé en lignes comme illustré dans l'écureuil sur la fig. 44 Cette petite bête est tirée du rideau montré dans la planche VII. , et est un bon exemple de la vie et de l’intérêt que l’introduction de telles choses ajoute aux broderies.

Fig 44

Les points de suture que nous venons de décrire étaient largement utilisés dans le travail d’équipage. Ceci est un nom plutôt vague qui désigne un genre décoratif de travaux d'aiguille réalisés avec des laines de couleurs sur un fond de toile unie et blanche. Le dessin est généralement composé de feuilles et de fleurs traitées de manière conventionnelle, poussant souvent à partir de tiges courbées avec audace. Celles-ci étaient partiellement ombrées en points solides, en partie travaillées avec des obturations géométriques ouvertes; les oiseaux d'ornement et les bêtes de toutes sortes ont été introduits, et l'effet de l'ensemble était très beau. Le travail est typiquement anglais, et une grande partie a été exécutée au XVIIe siècle. Assiettes VII. et VIII. illustrent le type de travail, et la fig. 45 représente un détail. Les différents points de suture apparaissant sur ce dessin sont les points suivants: tige, chevrons, long et court, noeud, panier, boutonnière, chaînette et points satin.

 

fig 45

Le point de surfilage dans la broderie est pratiquement un point de satin surélevé très court. Elle nécessite une finition soignée, puis crée une ligne ou un contour clair et audacieux. Pour le travailler ( fig. 46 ), passez un fil sur la ligne tracée, puis recouvrez-le avec un fil fin en cousant des points droits rapprochés, en ramassant le moins de matériau possible à chaque fois afin de rendre la ligne claire et ronde. . Le point est parfaitement travaillé dans un cadre.

Le point arrière crée parfois une bonne ligne ou un bon contour. Pour la manipuler ( fig. 47 ) —Amenez l'aiguille à un cent seize de pouce de l'extrémité de la ligne tracée, insérez-la au début et passez-la à nouveau d'un seizième de pouce au-delà de l'endroit où elle est sortie pour la première fois. Nous verrons que chaque point commence au point où le dernier s'est terminé.

POINT DE BOUTONNIÈRE ET SON APPLICATION
Fig 48

Le point de boutonnière, qui est bien connu dans la couture à l'aiguille, est très utile également dans la broderie, en plus d'être un point important dans la dentelle à l'aiguille. De par sa construction, il convient bien pour recouvrir les bords bruts, mais il est également adaptable à une variété d'autres objectifs, tels que les remplissages ouverts ou fermés de feuilles et de fleurs, le travail de coupe et le tracé des contours. travail appliqué.

Il existe deux manières de former le point, la boutonnière commune et ce qu'on appelle la boutonnière du tailleur.

Pour faire fonctionner le point de boutonnière ordinaire ( fig. 48 ): faites passer l'aiguille à l'extrémité gauche de la ligne tracée, maintenez le fil enfoncé à gauche avec le pouce et insérez l'aiguille comme indiqué sur le schéma. , tirez-le sur le fil maintenu pour terminer le point. Il est ouvert dans le diagramme, mais il peut, selon les besoins, être plus ou moins ouvert ou tout à fait fermé.

Fig 49
Fig 50

La boutonnière du tailleur est à certains égards plus satisfaisante; le point est plus ferme que l'autre type en raison de l'intitulé d'un nœud supplémentaire dans l'intitulé; cela le rend aussi plus ornemental. Pour le travailler ( fig. 49 ) - Commencez de la même manière que le dernier point jusqu'à ce que l'aiguille et le fil soient dans la position indiquée à la fig. 48 puis, avec la main droite, saisissez le fil près de l'oeil de l'aiguille, abaissez-le et passez-le en boucle sous le point de droite à gauche, passez l'aiguille et passez-le au-dessus de ces deux boucles, puis placez le premier point .

Les points de boutonnière peuvent être modifiés de nombreuses façons, en fonction principalement de l'espacement du point et de la direction prise par l'aiguille lors du ramassage du matériau. La figure 50 montre quatre variétés simples; la première est la boutonnière ouverte légèrement espacée irrégulièrement et avec un fil glissé dessous; n'importe quelle variété d'espacement peut être arrangée, et le fil indiqué en dessous, qui constitue parfois un joli ajout, est généralement d'une couleur ou d'un matériau contrastant. La seconde montre les points de suture pris en biais, de sorte qu'ils se croisent. Dans la troisième les points de suture sont à des angles différents et de longueur inégale. Le quatrième exemple montre deux lignes de points de boutonnière espacés qui s'emboîtent parfaitement l'une dans l'autre et forment une ligne continue. Une rangée est travaillée en premier, en laissant juste assez d’espace entre chaque point pour que la deuxième rangée se remplisse, ce qui peut être effectué en inversant la position du matériau et en répétant exactement la première ligne dans la même couleur ou dans une couleur différente.

Fig 51
Fig 52

Une fleur remplie de point de boutonnière ouverte est représentée à la fig. 51 . Le centre est constitué d'une masse de nœuds français et la ligne extérieure est en point satiné. Le cercle le plus à l'intérieur de la boutonnière est travaillé en premier, la rangée suivante est travaillée sur l'en-tête de la première rangée ainsi que dans le matériau; les rangées suivantes sont travaillées de la même manière jusqu'à ce que la limite extérieure soit atteinte, et le point satin ne couvre que l'en-tête de la dernière rangée de points de boutonnières. La gradation de couleur peut facilement être introduite en utilisant une nuance différente pour chaque cercle de points, ce qui produit un très bel effet. Une méthode ouverte de remplissage d'un espace, qu'il s'agisse d'une fleur, d'une feuille, d'une draperie ou d'un fond, est parfois préférable à un remplissage solide. Les deux méthodes peuvent très bien être utilisées ensemble, car chacune montre l'autre. Ces garnitures légères offrent une possibilité de plus de variété et d'ingéniosité dans la couture, et empêchent le travail de paraître lourd. Un papillon  réalisé en partie avec des points ouverts, est illustré à la fig. 52 .

Fig 53

La figure 53 est, dans l'original, une petite fleur gaie réalisée en orange et en jaune. Le point utilisé ici est une boutonnière étroite.

Un autre exemple d'utilisation de la boutonnière étroite est présenté dans la feuille de lierre de la fig. 54 Le point est travaillé en deux rangées, dos à dos, dans chaque lobe de la feuille, et la crête qui en résulte au centre suggère assez heureusement le veinage. Cette méthode de remplissage pourrait être simplement inversée pour une feuille de rose; l'en-tête de du point suggérerait alors le bord dentelé et la réunion des deux rangées au centre de la ligne de la veine.

Fig 54
Fig 55

Une grappe de baies peut être très joliment travaillée en point de boutonnière comme indiqué à la fig. 55 Les points de suture sont disposés de manière à ce que le titre indique chaque baie et que l'aiguille pénètre dans le tissu au même endroit, toujours au centre. Un point en lingot de couleur plus foncée marque l'œil de la baie.

Une bonne méthode pour remplir un espace avec une couture de boutonnière continue est indiquée dans fig 56 . Chaque rangée est travaillée dans l'en-tête de la rangée précédente et les points de suture ne percent le tissu que dans la première rangée et aux extrémités des rangées suivantes. Ils sont placés assez près les uns des autres afin de couvrir complètement le sol. Le point est travaillé d’abord de gauche à droite, puis pour la rangée suivante de droite à gauche; c'est assez facile et permet d'effectuer le travail en continu. Parfois, lorsque la première rangée est terminée, le fil est jeté sur le côté où la rangée a commencé et y est accéléré; ensuite, la deuxième rangée est travaillée avec des points qui reprennent le fil jeté ainsi que le titre de la première rangée. En utilisant une boutonnière plus ouverte et en exposant ainsi partiellement le fil posé, on obtient un remplissage à la fois rapide et efficace. C'est une méthode utile à utiliser lorsque le travail est effectué sur un rembourrage de fils, car il n'est pas nécessaire de percer le matériau, sauf sur les bords.

Fig 56

CHAPITRE VI

POINTS— ( suite )

Noeuds et points noués — Point de chevron — Point de plume — Point de niche — Point d'os de poisson — Point crétois — Point de Roumain — Points d'insertion variés — Picots.

Nœuds et points noués

Il serait difficile d'aller loin dans la broderie sans exiger des nœuds dans un but ou dans un autre. Ils sont utiles dans toutes sortes de façons et font un contraste agréable avec les autres points de suture. Pour l’enrichissement des lignes de bordure et de diverses parties de l’œuvre, tant au niveau du motif que de l’arrière-plan, elles sont très utiles, ainsi que pour les remplissages massifs; pour des endroits tels que des centres de fleurs ou des parties de feuilles, ils sont à nouveau précieux. Ils ont été utilisés pour former un contour continu, mais en raison de leur tendance à faire une ligne faible, pas fréquemment; En effet, ils sont généralement mieux mis en valeur lorsqu'ils sont légèrement séparés.

Fig 57

On peut voir des exemples de lignes de nouage anglais dans lesquelles le nouage a été exécuté dans le fil avant de le broder. Le nouage de fils était un passe-temps avec des dames au XVIIe siècle. Le fil, généralement un fil de lin et généralement filé à la maison, était enroulé sur une aiguille en filet, et grâce à cela, une série de noeuds très serrés était faite dessus; une fois terminé, il ressemblait un peu à un collier de perles. On peut encore trouver des boules de ce fil noué préparé, conservées dans de vieux réceptacles de travail. Une fois préparé, il était appliqué sur le tissu avec un fil fin, comme une corde ou une tresse, et devait suivre un modèle prédéfini. Dans le lin blanc, il était utilisé pour confectionner des bordures ornementales sur des robes de nourrissons et autres articles délicats.

Fig 58

Les nœuds français peuvent être travaillés à la main ou dans un cadre. Ils sont plus faciles à gérer dans ces derniers, et pour bien paraître, ils doivent être faits avec soin et fermeté. Achevés, ils doivent ressembler à des perles situées au-dessus du matériau. Pour tricoter le noeud français ( fig. 57 ) - Faites passer le fil à travers le tissu au point souhaité, saisissez-le avec le pouce et le pouce gauche près du point de départ (A sur le plan), puis laissez le la pointe de l’aiguille encercler le fil maintenu deux fois, tordre l’aiguille et l’insérer au point B du plan, tirer le fil par le dos, sans lâcher le fil maintenu jusqu’à ce que cela soit nécessaire. La figure 58 montre quelques noeuds français décorant une gerbe en feuille, et divers autres exemples de leur utilisation peuvent être trouvés dans le livre.

Fig 59

Les nœuds Bullion ressemblent à des boucles serrées de fils posés sur le matériau. Ils peuvent être utilisés en tant que variation des nœuds français et même pour la représentation de pétales et de petites feuilles. Pour être satisfaisants, ils doivent être fermes, robustes et bien enroulés; il faut un peu de talent pour les fabriquer correctement.  Pour travailler le nœud du lingot ( fig. 59 ) - Faites passer le fil à l'endroit souhaité, insérez l'aiguille à un huitième de pouce de ce point et faites-la passer exactement à nouveau. Tenez le fil à environ deux pouces de son passage et tournez-le plusieurs fois autour de la pointe de l'aiguille, le nombre de fois étant fonction de la longueur requise du nœud. Placez le pouce gauche sur la bobine serrée de l’aiguille afin de la maintenir en place, tirez l’aiguille et enfilez-la, puis faites passer le fil à l’arrière du point où l’aiguille a été insérée pour la dernière fois (point A plan). Le pouce ne doit pas être retiré tant qu'il n'est pas gênant. La figure 60 représente une fleur dont le centre est formé de lingots avec des nœuds français.

Fig 60
Fig 61
Fig 62

La figure 61 montre un point noué dont le résultat est similaire à celui des fils noués décrits plus haut dans ce chapitre. Dans ce cas, le nouage du fil et la fixation au matériau se font en même temps. C'est un point utile lorsqu'une ligne dentelée est souhaitée, et peut être vu utilisé, par exemple, pour les veines ramifiées dans les feuilles de travail ouvertes , comme dans la fig. 62 Le diagramme explique le fonctionnement du point; Au point A du plan, le pouce gauche maintient le fil pendant que le point est en cours.

Fig 63
POINTS DIVERS

Le point illustré à la fig. 63 est très similaire au hareng commun. La seule différence pratique est que dans le point de couture simple, il y a généralement un morceau de tissu plus petit ramassé par l'aiguille à chaque fois. Pour le travailler comme dans le diagramme, tracez deux lignes parallèles sur le matériau et faites passer le fil au début de la ligne inférieure, insérez-le sur la ligne opposée un peu plus loin et relevez le point tel que le aiguille fait dans la figure. Puis, sur la ligne opposée, récupérez un point similaire un peu avant celui que vous venez de terminer. Après ce travail, les points de suture alternent alternativement sur l’une ou l’autre ligne, en commençant au point où la dernière s’est terminée; Cela forme sur le dessous une double rangée de points de suture. Il est assez facile de travailler ce point avec les points arrière du côté travail, et quand ils doivent être à la surface, il est conseillé de le faire de cette façon. Lorsque vous brodez sur un tissu semi-transparent, ce point est satisfaisant, le point arrière reprend le contour de chaque côté de la forme et le croisement des fils sur le côté inférieur transparaît joliment. Ce point est parfois appelé double point arrière. Il est utile à bien des égards, en faisant un point léger pour les tiges, les feuilles ou les fleurs; on peut parfois le trouver dans les travaux orientaux utilisés pour toute une broderie. Lorsqu'il est utilisé pour les fleurs ou les feuilles, la largeur et la proximité du point varient en fonction de la forme à remplir. Un exemple de son utilisation en tant que remplissage de fleur est présenté dans l'oeillet à la fig. 64 , qui est réalisée en quatre nuances de couleur. Ce point est très utilisé dans le rideau brodé montré dans la planche VII. ; il y est employé pour toutes les tiges et diverses fleurs sur la pendaison.

Fig 64
FIg 65
Fig 66

Le point de plume, souvent utilisé pour décorer des travaux d'aiguille, doit maintenant être discuté; bien que son nom soit similaire, il ne doit pas être confondu avec le point de plume ou de plumage qui a déjà été mentionné. Le point est si simple et tellement en utiliser qu'il est à peine besoin de description; figure. 65 explique le travail. Il peut y avoir beaucoup de légères variations du point, l’ouvrier les imaginant peut-être aiguille à la main. Deux sont illustrés à la fig. 66 . Celui de gauche est travaillé comme le point ordinaire; l'aiguille ramasse le tissu en ligne droite au lieu de légèrement en oblique, et chaque point touche celui qui est immédiatement dessus; il est utilisé ici comme un point de chaînette, un tas de fils de couleur contrastante est déposé sur le tissu et le point est travaillé dessus d'un côté à l'autre. L'exemple de droite montre le point de plume ordinaire travaillé plus étroitement et dans une ligne plus large; réalisé de cette manière, il peut être utilisé pour un remplissage de feuilles.

Fig 67

Le point noué, utile pour les lignes pleines, apparaît très clairement lorsque vous travaillez avec un gros fil tordu. Ce point serait utilisé de manière appropriée lorsqu'il est appliqué à une représentation du travail à la nacelle. Pour réaliser le schéma ( fig. 67 ) - Tracez deux lignes parallèles sur le matériau et commencez, faites passer le fil sur la ligne à gauche, puis insérez l'aiguille sur la ligne à droite environ un huitième d'un pouce. pouce plus bas et faites-le passer exactement à l'opposé sur la ligne gauche (voir l'aiguille sur la fig. ); le point suivant est travaillé en insérant l'aiguille sur la ligne droite mais au-dessus du dernier point, c'est-à-dire au point A du diagramme, et en l'amenant en B. Pour continuer, répétez depuis le début.

Fig 68

Un point particulièrement intéressant pour une bordure est constitué par un point en arête de poisson. Il peut être travaillé en une couleur ou aussi facilement en une chèque de deux ou trois, comme indiqué sur le schéma ( fig. 68 ); pour le réaliser de cette manière, le travailleur doit utiliser deux fils, chacun passant au travers. Pour des applications telles que le remplissage de petites feuilles, ce point est très utile (voir fig. 58 ). La réunion des mailles au centre suggère la ligne de veinage, ainsi que le changement de direction du fil donnant au deux côtés de la feuille une variation de ton agréable. Pour le travailler, tracez trois lignes parallèles sur le matériau et faites passer le fil sur la ligne supérieure, à l'extrémité gauche. Insérez l'aiguille et faites-la passer comme indiqué dans le schéma, puis répétez le même point de l'autre côté dans le sens inverse, c'est-à-dire insérez l'aiguille juste au-dessus de la ligne centrale et faites-la passer vers le haut. près du dernier point. Il faut veiller à ce que les points de suture se chevauchent bien au centre, sinon le matériau transparaîtra.

Fig 69
Fig 70

Le point indiqué à la fig. 69 , connue sous le nom de tresse ou crétoise, est couramment vue sur les broderies crétoises et autres broderies orientales. Il peut être utilisé en tant que point de bordure plein ou en tant que remplissage , dont la largeur varie en fonction des besoins. Pour le travailler: faites passer le fil sur la ligne centrale inférieure, puis insérez l'aiguille sur la ligne la plus haute et passez-la à la ligne suivante, comme indiqué dans le diagramme; puis, tout en maintenant le fil à droite, insérez l'aiguille immédiatement en dessous sur la ligne la plus basse et faites-la passer sur la ligne suivante, de la même manière que le dernier point, mais dans le sens inverse. Pour continuer, travaillez le point alternativement d’un côté à l’autre, en maintenant toujours le fil à droite de l’aiguille. Pour élargir la tresse centrale, utilisez un peu moins de tissu avec l'aiguille; cela diminuera l'extérieur et augmentera les lignes intérieures. La figure 70 est extraite d'une broderie crétoise dans laquelle ce point est principalement utilisé.

Fig 71

La fig. 1 montre un autre point similaire, mais plus simple, souvent observé dans les travaux de l’Est . 71 . On le trouve aussi fréquemment sur les suspensions de travail en laine anglaise du XVIIe siècle. On l'appelle parfois le point roumain, et se compose d'un point long croisé par un point court au centre. Pour le travailler: tracez deux lignes parallèles sur le matériau et faites passer le fil sur la ligne de gauche, en haut. Insérez l'aiguille sur la ligne opposée et faites-la passer près du centre, comme indiqué dans le processus du schéma. Pour la moitié suivante du point, l'aiguille pénètre dans le tissu au point A du plan et est à nouveau passée sur la ligne de gauche, près du dernier point, et donc en position de commencer à nouveau. Une illustration de ce point utilisé comme remplissage se trouve à la fig. 72 . Il est travaillé dans quatre nuances de laine verte et chaque ligne de points est agencée de manière à empiéter légèrement sur la ligne précédente en plaçant chaque point juste entre deux des dernières lignes. Cette méthode de travail présente deux avantages. l'ombrage est ainsi rendu plus graduel et un effet ondulant agréable est donné à la surface de la feuille. Ceci peut être plus facilement compris par un essai pratique du point et de la méthode.

Fig 72

A suivre ...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dani et ses Chats 04/11/2019 19:31

Tu vas te mettre à faire de la broderie Christian ? .... Biz

lemenuisiart 04/11/2019 19:37

Non, mais dans les documents, je vais profiter de motif qui va bien au bois aussi. Entre les deux la passerelle est bien là.